primi sui motori con e-max

pouembout

Pouembout se dessine au terme d'une longue ligne droite qui traverse la Plaine des Gaïacs. Cette immense zone, inhabitée aujourd'hui, représentait un espace stratégique du temps des Américains, lors de la seconde Guerre Mondiale. Et l’on pourrait aisément affirmer que les GI’s ont laissé une empreinte indélébile dans cette région qui ressemble fort au Far West avec ses grands espaces qui s’étirent à perte de vue. D’un autre côté, l'administration pénitentiaire, qui a créé Pouembout en 1883, hante toujours le château Grimigni et le Pigeonnier, deux bâtiments emblématiques de la commune.

Mais ce qui fait sa richesse aujourd’hui, c’est ce véritable grenier agricole qu’elle abrite grâce à ses grandes plaines de terre noire et fertile et à ses grandes exploitations qui s'étendent des contreforts de la Chaîne jusqu'au lagon. À Pouembout, on produit des fruits et des légumes, et notamment de superbes melons, mais l’on propose aussi d’excellentes spécialités locales comme le cerf, la roussette ou les produits de la mer comme les huîtres et les crabes, particulièrement appréciés.

Les visiteurs auront le choix entre le bord de mer – avec les plages de Franco et de Pindaï – et l'intérieur des terres, dont le célèbre site de Forêt Plate, unique et protégé, mais aussi point de départ pour se rendre à la cascade de Ouende, haute d'une bonne centaine de mètres. Le massif de Kopeto constitue le point culminant de la commune avec ses 1 134 mètres.