primi sui motori con e-max

les-broussard

Sur la côte Ouest, où de nombreuses tribus sont pourtant installées, l'histoire a davantage laissé la trace des descendants de pionniers ou de bagnards courageux qui y ont créé des terres d'élevage et des exploitations agricoles. Ce sont souvent eux que l’on appelle "Broussards" — le terme étant plus généralement appliqué aux habitants de "la Brousse", à savoir les régions rurales de la Grande Terre. Des hommes dont les ancêtres ont survécu à leur peine de bagnard et se sont rachetés une conduite.

Et d’autres, descendants de colons volontaires à qui l’on avait promis l’Eldorado contre des concessions gratuites et qui se sont tués à la tâche pour faire pousser du café, du coton et même de la canne à sucre. Et l’on découvre ces broussards, que l'on appelle stockmen comme en Australie, qui manient avec fierté un style et un langage fleuris.

Leur moyen de locomotion : le gros pick-up 4x4 muni d’un solide bull-bar ; leur outil de travail : le cheval sur lequel ils passent le plus clair de leur temps ; leur précieux collègue : le chien bleu, bouvier australien dur à la tâche et très travailleur. Sur leurs terres, vous prendrez plaisir à découvrir l'univers simple, rude et pittoresque ces cow-boys d’un Far West exotique.

Car si vous restez quelques jours dans certains gîtes de la région, c’est bien dans un western que vous évoluerez, logés au sein d'exploitations agricoles : rassemblement du troupeau, rentrée au carré (stockyard), baignade du bétail, "coup de chasse" au cerf ou au cochon sauvage en pleine brousse.

Après l’effort, le réconfort, avec dégustation de charcuteries maison succulentes, du genre saucisson et terrine de cerf. Sans oublier le dîner à la table familiale, avec un somptueux carpaccio de cerf, un délicieux bœuf oignons piments à partager autour de la table familiale avec des achards faits par madame, sans oublier l’incontournable Soyo et l’omniprésent riz cuit à la marmite.

En dessert, une tarte à la banane ou à la mangue, des letchis frais en saison, un bon café bien serré et une liqueur qui cogne bien fort pour finir l’esprit léger et le rire sur le bout de lèvre. Le tout accompagné de mille et une histoires d’anthologie qui se racontent à travers tout le pays sur Untel ou Untel qui a vécu des aventures forcément incroyables. Fous rires garantis et liens créés pour la vie…

Et au réveil, des confitures maison si bonnes, qu’on en rapportera des caisses. Si seulement on pouvait faire pareil avec la gentillesse de ces hommes et femmes si généreux !