primi sui motori con e-max

La côte Nord-Est : sublime et envoûtante !

Exubérante et mystique, la côte nord-Est de la Grande Terre affiche des paysages tropicaux luxuriants. Son relief accidenté, traversé par de magnifiques cascades, a été le refuge de nombreuses tribus mélanésiennes, à l’époque de la colonisation. Cette partie de l’île, est dit-on, « l’âme Kanake » de la Grande Terre, une réserve naturelle hallucinante et un haut lieu d’histoire pour les calédoniens...

Immersion en Terre d’Exception

tour-nouvelle-caledonie-cote-estBananiers, cocotiers et champs d’ignames, bordent l’unique route qui longe le bord de mer. A proximité des villages, les étals proposent à la vente les récoltes et l’artisanat des tribus : citrons, mandarines, bananes..., mais aussi coquillages, colliers ou encore ces fameuses sculptures de « pierre savon », spécialités de Pouébo.

Les plages de sable ocre, balayées par les alizés, s’étirent directement au pied des montagnes. Les villages et leurs quelques habitations se sont logés sur cette côte étroite ; tandis que le lagon s’étend à perte de vue, parsemé d’îlots et de sites sous-marins extraordinaires, lui ayant valu son classement au patrimoine mondial de l’Unesco en 2008.

Plus on se dirige vers le nord, plus la côte Est se donne en spectacle avec de somptueux éclats noirs dans sa toile de fond vert émeraude. Formation naturelle sans âge, les falaises de Lindéralique semblent avoir été façonnées par des siècles de vents marins. Le long de la route, ces immenses blocs noirs, griffent le ciel de leurs pointes acérées.

tour-nouvelle-caledonie-roches-linderaliques-hienghenetour-nouvelle-caledonie-hienghene-02 tour-nouvelle-caledonie-poule-hienghene

Dans l’eau, la roche prend la forme d’une poule géante à Hienghène, couvant ses oeufs au milieu du lagon couleur jade.

Plus loin, c’est un sphinx ébène qui veille majestueusement sur son territoire. Truffée de grottes cachées, la région est colonisée par les pétrels et les roussettes, qui s’envolent par dizaines à la tombée de la nuit.

Si la route dévoile un littoral sculpté époustouflant, ce sont les petits sentiers à flanc de falaise, qui explorent le coeur de la côte nord-Est.

Sommet culminant de la Nouvelle Calédonie avec 1628 mètres d’altitude ; et réserve botanique richissime, le Mont Panié est l’objet d’un superbe trek de 2 jours, avec 1800 mètres de dénivelés positifs cumulés.

Au départ de la vallée de la Ouaïème, le sentier traverse la rivière, avant de longer ses rives et de se fondre dans un très exotique sous-bois de bambous.

Puis, l’ascension commence. Parfois abrupts et glissants le sillon est tracé dans la végétation luxuriante de la forêt humide : champignons géants, fougères arborescentes, pandanus, et autres espèces endémiques rares et protégées foisonnent.

La randonnée est ponctuée de cours d’eau et autres creeks revigorant de fraîcheur, ainsi que de panoramas extra-larges sur le lagon et ses passes. Après avoir traversé la forêt de mousse et de kaoris durs (espèce endémique exclusive du Mont Panié), le sommet offre une vue plongeante sur la côte Est et ses cascades.

tour-nouvelle-caledonie-cote-est-riviere-bwa
tour-nouvelle-caledonie-cote-est-02tour-caledonie-bac-ouaieme

Parmi celles-ci, la cascade Tao avec 200 mètres de dénivelé, est l’une des plus hautes du nord. Observée depuis la route, ou arpentée au cours de la randonnée sportive qui mène au sommet de ses chutes, elle s’ajoute aux nombreux sites d’exception dont regorge la côte nord-est.

Expression d’Art Naturel, la région est un festival de tableaux plus grandioses les uns que les autres !

Le déjeuner au pied d’une cascade, où l’on se rafraîchit volontiers, est aussi l’occasion de s’essayer à la pêche à la crevette à l’aide d’une sagaie – long bâton surmonté d’une fourche trident.

De jour, il n’est déjà pas simple de distinguer les petits crustacés quasi-translucides.

Alors, il relève de l’exploit d’en enfiler un au bout de ce long bâton fourchu !
Entre fous rires et glissades, on en revient trempés et ravis !

L’Âme Kanake de la Grande Terre

Après deux journées rythmées par une nature envoutante, la brise marine caresse la peau, lui laissant un parfum salé relaxant. Elle éveille l’imagination à la vie tribale de la côte nord-est, suscitant une irrépressible attirance pour cette culture qui ne dévoile pudiquement qu’une infime partie d’elle même de prime abord...

tour-nouvelle-caledonie-tombe-tjibaouA 20km au nord de Hienghène, se trouve le village natal de Jean-Marie TJIBAOU. Né en 1936 à Tiendanite, ce fervent défenseur de la cause kanak, fit partie des signataires des accords de Matignon pour une indépendance progressive et pacifique.

La tribu qui abrite son tombeau, semble animée par « l’esprit »

de Jean-Marie TJIBAOU. Les lieux empreints de symbolisme offrent une immersion captivante dans l’histoire de la Nouvelle Calédonie


Ecouter, découvrir et partager au cours d’une balade à cheval, c’est entrer au coeur d’une tribu plus que mystique : colorée et pétillante.


L’hébergement le plus typique de la tribu, est la case mélanésienne


Ecologique avec son toit de paille, elle est cependant très résistante ! Une fois l’entrée unique franchie, l’odeur d’une pluie fraîchement tombée, envahit les narines.
La pénombre y règne souvent, déroutante quelques instants... Mais lorsque les yeux s’y habituent, il ne reste plus qu’à profiter de la fraîcheur des lieux... tellement agréable lorsque les épaules brûlent d’avoir été trop exposées au soleil estival calédonien.

Après un petit déjeuner convivial à l’incontournable « NESCAFE » ou au traditionnel « MILO » – lait chocolaté dont sont mordus la plupart des jeunes calédoniens – il est temps de chausser ses baskets pour aller à l’assaut des réserves coutumières du nord-Est.

Intarissables sur les plantes et les arbres qui bordent les rivières, les guides kanaks, pourraient soigner la plupart des maux en cours de randonnée, même s’ils ne livrent pas tous leurs secrets...

Les instants les plus mémorables, restent ceux passés autour d’un repas traditionnel à la lueur du feu, lorsque les branches sèches de niaouli crépitent, qu’elles vous embaument, et surtout qu’elles chassent les moustiques !

tour-nouvelle-caledonie-bougnaLa dégustation du bougna – mets composé de tubercules (taros, d’ignames, ...), de bananes Poingo, de lait de coco, de viande ou de poisson – n’en est que plus savoureuse. Cuit à l’étouffée dans un four traditionnel creusé à même le sol au contact des pierres brûlantes, ou à la marmite : c’est un délice !

Au coeur de cette Mélanésie envoûtante, luxuriante et sublime, les consciences s’éveillent à une réalité fondamentale. Les Kanaks veillent à l’harmonie au sein de la tribu, mais aussi à la préservation des réserves naturelles et au respect de la mémoire des ancêtres.

La vie est rythmée par les cycles biologiques naturels, dans le plus grand respect de la Terre nourricière et des Anciens :
« la terre n’appartient pas à l’Homme, c’est l’Homme qui appartient à la terre... »