primi sui motori con e-max

De Poindimié à Canala un sacré patrimoine !

Sur les terres sauvages et préservées de la côte orientale du Caillou, la route territoriale file en direction du sud, bordant un immense lagon et de verdoyantes vallées. Deux extrêmes, Poindimié, petit-chef lieu de la région, et Canala, un village confidentiel, révèlent leurs extraordinaires Patrimoines, mouillés d’eau de mer ou d’eau douce…

D’eau de mer…

tour-nouvelle-caledonie-cote-est-ilot-tibaramaIl y a plusieurs années, l’UNESCO décidait d’adopter une « Stratégie Globale » visant à élargir le concept de « Patrimoine Mondial ». Reflétant la diversité des trésors culturels et naturels du monde, cette nouvelle définition incluait des sites constituant « des preuves exceptionnelles de la coexistence de l’être humain et de la terre ».

C’est ainsi que le 7 juillet 2008, une partie du lagon calédonien, se trouvait projeté sur la prestigieuse liste des sites protégés par l’UNESCO.

Exceptionnel exemple d’écosystèmes de récifs coralliens variés avec sa multitude de coraux, de poissons, et d’habitats aux âges oscillant de la préhistoire à nos jours, la Zone Côtière Nord et Est (de l’extrême nord à Ponérihouen) possédait également un atout majeur pour l’obtention de son sésame : une cohabitation harmonieuse avec les Hommes.

Son lagon est un joyau pour les amateurs de plongée sous-marine.

A l’aube, une bruine fine et tiède réveille Poindimié. Elle semble relever un peu la pression atmosphérique qui a entretenu toute la nuit une chaleur écrasante sous les tentes !

tour-nouvelle-caledonie-cote-est-poindimieLa grisaille ne dissuade pas le moniteur de plongée, familier de cette météo tropicale humide, qui sera balayée par les alizés marins dans la matinée. En attendant, le petit déjeuner est l’étape primordiale pour préparer efficacement la journée-plongée qui démarre.

Effectivement, à 7h15, le soleil inonde déjà la baie de Tiéti. Les quelques nuages résiduels continuent à s’évaporer sous les rayons cuisants de l’astre de lumière. A dix minutes du centre de plongée, le zodiac semi-rigide trace son sillon régulier dans une mer d’huile pour rejoindre le site, situé dans la passe de Poindimié – immense avec ses quatre kilomètres de largeur.

La palanquée revêt la combinaison de rigueur, endosse les bouteilles, ainsi que les plombs – pour les adeptes, car certains se plaisent à descendre simplement grâce à leur souffle, et force est de constater que la technique est éprouvée !

Quelques « plouf » plus tard, se dévoile le merveilleux monde sous-marin de Poindimié. A peine 7 mètres plus bas – et déjà plusieurs rééquilibrages d’oreilles – la première patate se dessine sur un extraordinaire bleu lapis-lazuli.

Une nuée de petits poissons récifaux s’extirpe de son habitat, mais ce n’est qu’une étape avant d’emprunter le canyon bordé de gorgones, qui file à pic vers les profondeurs.

tour-nouvelle-caledonie-poindimie-plongee-unesco-2
tour-nouvelle-caledonie-poindimie-gorgone-plongeetour-nouvelle-caledonie-poindimie-plongee-unesco

Des couleurs, de la vie, de l’abondance, des espèces endémiques rarissimes, un spot hallucinant dont le classement au Patrimoine Mondial de l’Unesco devient une évidence.

Des anémones aux pointes turquoise, abritant des crevettes de mer translucides, et même un petit poisson clown, qu’on appellerait volontiers Némo, des patates revêtues de mousse sur lesquelles se sont installés d’étranges mini-sapins de noël orange et jaunes, des coraux au tronc blanc maculés de pompons pourpres, quelque chose qui pourrait ressembler à une fougère des mers… le spectacle est magique !

Même souffler dans son masque pour en évacuer l’eau, est un supplice pour qui souhaite ne manquer aucune seconde de ce prodigieux monde sous-marin. L’oeil alerte du moniteur distingue également un nudibranche zébré et translucide, des hippocampes cachés dans les gorgones, et des poissons arlequin.

Et puis, le ballet rythmé des tazars, carangues, dorades, balistes et autres pélagiques, accompagne les paliers de retour de la palanquée.

A la mi-matinée le zodiac fait escale sur l’îlot Tibarama, distant d’à peine 2 kilomètres des côtes de la Grande Terre. Brossé de pins colonnaires en son centre et serti d’un anneau de sable blanc, il est une irrésistible invitation au farniente.

Pourtant, les remous du lagon recèlent encore quelques incontournables trésors dont un platier exceptionnel dans lequel la marée a piégé une langouste porcelaine, un perroquet bleu, et de minuscules crabes extrêmement vifs.

L’îlot constitue également le paradis de quelques oiseaux marins nicheurs, comme le pétrel ou la sterne, pour lesquels le site est vierge de prédateurs. De bancs de sable en fonds marins, la découverte des écosystèmes, de la flore et de la faune est une explosion de couleurs et de genreshallucinants… un brin fantastique !

Et d’eau douce…

tour-nouvelle-caledonie-cote-est-canyoning-cascade-ciuSaut de puce au dessus des sublimes vallées qui séparent le petit-chef lieu de la côte Est du coquet village qui marque l’entrée en Province Nord.

Un autre Patrimoine est caressé par des eaux douces, et chahuté par les jeux extrêmes de quelques têtes brûlées de la région…
A Canala, la notion de patrimoine ne s’inscrit ni sur une liste renommée, ni dans ses sols miniers. Elle se fond dans les tourbillons chauds de ses sources thermales et dans les chutes fraîches de ses superbes cascades.

Les sportifs opteraient probablement pour la verticale de 65 mètres qu’offre la cascade réputée de Ciu, mais pour les néophytes du canyoning, le parcours de Kwéwa est un terrain de jeu suffisamment équipé pour des sensations extra-fortes !

Vingt minutes de mise en jambes suffisent à accéder au sommet de la cascade qui surplombe la vallée verdoyante de Nigu. Entre bambous, cocotiers, et herbes hautes, le courant d’eau glisse parfaitement au creux d’énormes rochers, en suivant de temps à autres, de vertigineuses courbes.

Si l’équipe d’encadrement paraît persuadée de l’aisance de la descente, certains visages blêmissent en l’envisageant !

tour-caledonie-cascade-ciuCependant, à enfi ler les baudriers de travers et à coiffer les casques de sécurité jaune, les fous rires ne tardent pas à chasser les dernières inquiétudes. Premier rappel en pente douce pour acquérir un minimum de technique et de stabilité avant de corser le programme. Tantôt noyé sous les flots frais, tantôt suspendu à l’équerre contre une paroi rocheuse brûlante : le parcours est un délicieux moment alliant émotions fortes (avec l’insouciance de la pleine sécurité), et exploit sportif – avec l’impression d’être un héros traversant au péril de sa vie le plus grand canyon de tous les temps !

Le toboggan, sous le regard amusé des moniteurs, est la rechute définitive en enfance qui dessine un sourire béat et des yeux pétillants sur le visage de tous les aventuriers ! Aussi loin que porte le regard, tout est verdure, nature, fraîcheur.

Ces hommes, qui ont apprivoisé les cascades sans jamais les dénaturer, sont aussi « des preuves exceptionnelles de la coexistence de l’être humain et de la terre ». Alors, s’il fallait défendre d’autres lieux à préserver comme un Patrimoine, Canala pourrait porter haut les couleurs de ses vallées et de ses chutes !